Check-List pour les vacances – Méthode 5-4-3-2-1

Bonjour mes petits basilics,

Je vous ai préparé une check-list rien que pour vous, à utiliser pour vos prochains séjours. C’est une liste assez large,mais je vous en prépare une plus précise pour tout bientôt. Je l’ai rédigé à l’occasion de mon prochain séjour de 5 jours à Marrakech avec une amie pour ne rien oublier, car préparer sa valise, c’est déjà toute une aventure ! Alors j’espère que cette liste vous sera utile.

De plus, j’ai décidé de suivre une méthode toute simple pour savoir quel et combien (surtout !) de vêtements prendre avec moi ! Comme tout le monde, j’ai tendance à prendre trop et n’importe quoi, donc cette fois je souhaite me faciliter la vie, ne pas perdre de temps inutilement et surtout éviter de stresser avant le grand départ tant attendu. Je vous ferai part de mon expérience dans un prochain article à mon retour.

Il s’agit de la méthode 5-4-3-2-1 pour un séjour de 5 à 7 jours au moins, voire plus.


Ci-dessous ma liste à moi, vous allez vite comprendre le principe :

5 hauts 

  • 1 pull à manches longues
  • 1 veste légère
  • 1 t-shirt
  • 2 débardeurs

4 bas

  • 2 shorts
  • 1 jupe
  • 1 pantalon

3 robes et chaussures 

  • 2 robes
  • 1 combi-short
  • 1 paire de sandales
  • 1 paire de baskets
  • 1 paire de chaussures à talons

2 maillots, 2 sacs 

  • un bikini
  • un maillot 1 pièce
  • un sac de plage
  • un sac de soirée

1 chapeau, 1 paire de lunette

  • un chapeau en paille
  • une paire de lunette

Pour la check List c’est par ici : click et imprime !  (merci de mettre un lien vers mon blog si vous souhaitez la diffuser) 

Verdict -> par ici !

Masque fait maison – Flocons d’avoine

 

Bonjour mes petits basilics,

Aujourd’hui, je vous présente mon nouveau masque favori du moment avec seulement 3 ingrédients ! Car, je ne sais pas vous, mais moi avec le retour du soleil j’ai envie de chouchouter ma peau et la rendre toute douce.

Il suffit de pas grand chose et de très peu de temps pour préparer ce masque, alors vous n’avez plus aucune excuse, c’est parti =)


Ingrédients 

♥ 2 cc de flocons d’avoine – pour apaiser la peau et la nourrir

♥ 4 cc de lait – pour rendre la peau douce

♥ 1 cc de miel – pour hydrater et nettoyer la peau

(facultatif : quelques gouttes d’huile végétale)


Préparation 
  • Il vous suffit de tiédir le lait dans un bol et le mélanger ensuite à l’avoine.
  • Puis laisser refroidir et gonfler la mixture pendant plusieurs minutes. Le résultat doit ressembler à une pâte.
  • Enfin ajouter le miel, éventuellement de l’eau si la pâte est trop épaisse.
  • Appliquer sur le visage et laisser reposer 15 minutes.

N’hésitez pas à me laisser vos commentaires si vous avez testé ou envie de tester ce masque !

 

Saviez-vous que l’avoine était utilisée depuis plusieurs siècles pour ses nombreux bienfaits ? D’ailleurs, les Romains et les Grecs prenaient autrefois des bains d’avoine pour hydrater et apaiser leur peau.

 

 

 

Du homard ou du boeuf ? Pourquoi pas les deux !

Photo Basilicvert.com

Restaurant « Entre Homard et Côte » à Genève

Lors d’une journée balade et shopping à Genève, je cherchais un petit restaurant sympathique (comme toujours). J’ai dégotée cette offre gastronomique originale, qui j’était certaine ferait le bonheur de mon amoureux.


Le lieu

Situé dans le quartier des Pâquis, à deux pas de la gare, ce restaurant met à l’honneur exclusivement deux produits, mais en plusieurs déclinaisons. Vous l’avez compris: le homard et le boeuf !

La décoration des lieux est un pur délice pour les yeux, elle a été réalisée par l’artiste designer « Jarod Keiser ». La suspension d’ampoules au bar en met plein les yeux, la porte bleue ainsi que le gang accorché au mur apportent une originalité certaine à ce restaurant.

 

Photo Basilicvert.com
Photo Basilicvert.com

 


La carte

Le set de table fait office de carte des mets. La carte n’est pas très longue mais comporte des produits choisis avec soin.

Les prix sont abordables, ainsi les produits sont accessibles au plus grand nombre. Il s’agit d’une partie intégrante du concept.

Pour le homard : vous trouvez notamment des accras, de la bisque, le lobster roll ou le homard entier grillé. Le restaurant propose deux types d’homard, le français et le canadien.

Pour le boeuf : ce sont des grands classiques tels que le carpaccio, le burger et une noix d’entrecôte. La viande vient d’une ferme suisse.

Pour ceux qui hésitent : il existe le « Surf & Turf » qui associe les deux produits dans la même assiette. Elle est pas simple la vie ?!

Pour les accompagnements (payants) : vous avez notamment le choix entre des frites maison, de la salade, de l’aubergine.

Côtés desserts : vous trouverez également du homard sous forme de cheescake, car oui, on ne mange jamais assez de homard !

 

Photo Basilicvert.com

 


Le repas

Pour ce repas, après une très longue réflexion, je me suis exclusivement intéressée au homard. Puisque j’ai plus rarement l’occasion d’en manger que le boeuf.

Pour l’entrée, j’ai choisi les accras, accompagnés d’une délicieuse sauce exotique.

Pour le repas, j’opté pour un homard « canadien » entier grillé accompagné de frites maison, de gratin d’aubergines et d’une sauce tartare (le jour de notre arrivé, il n’y avait pas de homard français).

J’ai été séduite par ce repas et j’ai passé un très bon moment. De plus, le personnel était attentif et sympathique.

Je mets une mention spéciale aux frites maison qui sont totalement addictives ! Par contre, j’ai trouvé que les accras, bien que très bons, ne contenaient que très peu de homard.

Le gratin d’aubergines ne s’accompagnait pas très bien avec le homard à mon sens (à choisir plutôt avec le boeuf).

 

Photo Basilicvert.com

 


Ce que j’ai aimé
  • le concept;
  • les prix sont accessibles (35.- pour un homard entier) et les produits sont frais;
  • le décor est bien réalisé.

Informations pratiques 

Adresse : rue de Zurich 6, 1201 Genève

Téléphone : 022 731 26 49

Horaire : ouvert du mardi au vendredi de 12h-15h / 18h-00h
Et samedi-dimanche de 18h-00h

Site internet : http://www.homard-cote.ch/

 

La nouvelle loi suisse de protection des animaux interdit aux restaurants d’ébouillanter les homards vivants et de les transporter sur de la glace ou dans de l’eau glacée, dès le 1er mars 2018, pour un meilleur respect du homard.

 

 

Recette – Taboulé vert

Aujourd’hui, je vous propose une recette légère et pleine de couleurs.

Il s’agit de la base de la recette, vous pouvez la modifier en y ajoutant les ingrédients de votre choix : avocat, concombre, noix, …

Pour les ingrédients, c’est par ici (pour 3-4 personnes) : 

Préparation : Rien de plus simple, cette recette ne nécessite pas de cuisson ! 

1. Il suffit de laver les légumes et les couper pour garder uniquement les fleurs.

2. Mettez les fleurs dans un robot ménager pour les couper très finement. Vous pouvez aussi, sans problème, les découper au couteau si vous n’avez pas de robot !

Photo Basilicvert.com

3. Placer ensuite le brocoli et le chou-fleur dans un saladier y ajouter les graines de votre choix, des pigeons et tout ce qui vous fait plaisir !

4. Découper la grenade et récolter les graines puis les ajouter au saladier (c’est certainement l’étape la plus compliquée de la recette 😉

5. Pour finir, préparez la vinaigrette et la mélanger aux légumes (je ne vous indique volontairement pas la recette de la vinaigrette car chacun peut la faire en fonction de ses goûts et ingrédients sous la main. Pour ma part je fais une recette à base d’huile d’olive et de noix avec du vinaigre blanc).

Placer un moment au frais et déguster !

 

Le brocoli et le choux-fleur sont des légumes de la famille des crucifères. Ils contiennent beaucoup de vitamine B et C, du potassium, ils sont pauvres en calories. Ils aident à prévenir le cancer, d’après des études sur le sujet. Il vaut mieux les consommer cru pour en tirer le maximum de bénéfice.

DIY – Réaliser son terrarium

Photo basilicvert.com

 

Le terrarium est un écosystème miniature. Il nécessite par conséquent très peu d’entretien.

Vous l’avez remarqué, les terrariums poussent comme des petits champignons sur Instagram et Pinterest. C’est  la tendance du moment ! Alors pourquoi pas vous lancer et créer un terrarium aussi beau que dans les magazines de décoration ?

Comme promis, voici le pas à pas pour réaliser votre propre terrarium.


Matériels

Photo basilicvert.com

Il vous faut : 

  • un bocal ou tout autre contenant transparent laissant passer la lumière
  • du sable
  • des copeaux de bois ou des cailloux
  • de la mousse
  • du terreau
  • une plante ou des plantes miniatures, pour ma part c’est une aloe vera et un succulent (merci à mon amie Sonia, qui m’a appris que cette plante était un succulent 😉
  • des décorations

Marche à suivre 

  1. Commencez par mettre du sable au fond du bocal (et éventuellement les cailloux).
  2. Ajouter le terreau, environ 5 à 10 cm en fonction de la hauteur de votre bocal.
  3. Casser la motte de terre de la plante et la planter dans le terreau.
  4. Arroser avec un peu d’eau.
  5. Mettre la mousse et des copeaux autour de la plante.
  6. Placer les décorations.
  7. Fermer le bocal et profiter de contempler votre jardin miniature.

Entretien 

Pas besoin d’avoir la main verte, le terrarium ne nécessite pas beaucoup d’entretien. Il suffit de le placer dans une pièce lumineuse, à l’abri des rayons directs du soleil.  Si vous constatez une condensation excessive sur les parois du bocal, ouvrez le couvercle pour laisser s’échapper l’excès d’humidité.

Il faut arroser la plante de temps à autre, quand vous constaterez que la terre est sèche. Il est important de ne pas laisser stagner l’eau au fond du bocal au risque de voir apparaitre la moisissure.

Veillez à tailler votre plante si elle devient trop grande par rapport au contenant.

N’hésitez pas à partager en commentaire une photo de votre création. 

Brioche pour Pâques – Sans oeuf et sans beurre

Photo de Basilicvert.com

Voici, voilà une recette de brioche sans oeuf et sans beurre d’après une recette de Christophe Michalak pour fêter Pâques tout en douceur.

Facile a préparer cette recette est moelleuse, ne nécessite pas beaucoup d’ingrédients et vaut vraiment le détour.

Vous l’avez certainement déjà aperçu sur le net, mais j’ai tenté de la refaire en lui donnant une jolie forme de colombe pour l’occasion.

Comme toute les brioches, elle nécessite un temps de repos, mais ne vous laissez pas pour autant décourager elle vraiement facile comme tout à préparer !

Les enfants peuvent facilement mettre la main à la pâte et confectionner leur propre brioche 😉


Ingrédients

  • 260 gr de lait
  • 70 gr d’huile d’olive, de colza ou de tournesol (pour ma part : j’ai utilisé 30 gr d’huile d’olive et 40 gr d’huile de colza)
  • 380 gr de farine
  • 60 gr de sucre (j’en ai mis 50 gr)
  • 1 pincée de sel
  • 1 sachet de levure déshydratée
  • des raisins secs pour les yeux (facultatif)

Préparation

Vous pouvez faire cette brioche à la main sans l’aide d’un robot, sans problème.

Pour les autres, l’utilisation du robot facilitera le pétrissage, mais le résultat reste le même.

Etape 1

Tiédir un peu (sans trop chauffer) le lait et y ajouter la levure.

Etape 2

Dans un autre bol, ajouter la farine, le sucre et le sel, puis y verser l’huile et mélanger.

Etape 3

Verser sur ce mélange le lait, petit à petit.

Etape 4

Pétrissez la masse jusqu’à l’obtention d’une pâte homogène et former une boule.

Etape 5

Rajouter de la farine si la pâte est trop liquide.

Etape 6

Recouvrir votre boule d’un linge et laisser reposer à température ambiante pendant au moins 1h30.

Etape 7

Après le temps de repos, dégazer la pâte et former les colombes à l’aide de la photo ci-dessous.

Photo de Basilicvert.com

 

Etape 8

Laisser reposer encore 30 minutes.

Etape 9

Badigeonner de lait et y ajouter les raisins secs.

Etape 10

Enfourner pour environ 15 minutes à 20 minutes à 180 °C (le temps de cuisson dépend des fours).

 

Et comme dirait Marie-Antoinette « qu’ils mangent de la brioche ! »

Et si on allait manger à l’hôtellerie de Châtonneyre à Corseaux

Bonjour mes petits basilics,

Aujourd’hui, je vais vous parler d’une adresse que je viens de découvrir. C’est en cherchant un restaurant dans la région du Lavaux – Vevey que j’ai dégoté par hasard ce petit endroit sympathique.

Ni une, ni deux, j’y entraine mon amoureux pour un repas en tête à tête.


Le lieu

Récemment rénové, l’hôtellerie de Châtonneyre se situe à Corseaux, au coeur d’un village de vignerons dans le Lavaux. Son restaurant propose une cuisine de brasserie soignée, type bistronomie (Wikipédia me dit que c’est une grande cuisine servie en petite quantité comme dans un bistrot). Le restaurant a obtenu la note de 13 au Gault & Millau, et ce n’est que le début ! Pour cause, le Chef Gaël Boulay a fait ses marques dans des grands restaurants gastronomiques. Il a notamment travaillé au Pont de Brent en Suisse, chez Troigros et chez Ducasse en France.

Le cadre est soigné, avec un décor aux couleurs anthracite et doré, mais avec une ambiance décontracté. Le restaurant a une terrasse, malheureusement, elle n’a pas la vue sur les vignes (on ne peut pas tout avoir).

La carte des mets est volontairement courte avec des produits du terroir, ce qui garantie la fraicheur des ingrédients.

Assez parlé, place à la dégustation !

 

Photo Basilicvert.com

Le repas

Mon choix s’est porté sur une salade de dent de lion, oeuf parfait et lardons en entrée (frs 12.-). Impossible de résister aux lardons, mon choix a été rapide comme l’éclair, ce qui est rare en matière gustative !

 

Photo Basilicvert.com

 

Pour le plat, j’ai opté pour la pêche du lac, en l’occurence un filet de sandre, avec du riz Vénéré, des poireaux et une émulsion de Livèche (frs 36.-). J’ai été séduite à l’idée de manger un poisson qui a vécu (heureux) dans mon lac préféré.

Je n’ai pas pris de dessert. Eh oui, je n’ai pas oublié mes bonnes résolutions (à lire mon article sur le sucre).

 

Photo Basilicvert.com

 

Le repas a été sans fausse note, le tout présenté dans de belles assiettes colorées. En effet, la salade était délicieuse avec un oeuf cuit à la perfection. J’ai adoré le riz Vénéré, bien gouteux et le croquant des poireaux. Le poisson était parfaitement cuit, sur la peau, mais je trouvais qu’il manquait un peu de peps, d’assaisonnement (c’est vraimmmment pour faire une critique).

Ce que j’ai aimé 

  • l’accueil et le service : précis, naturel et sympathique
  • la cuisine : simple, efficace avec des produits locaux
  • le lieu : sobre et élégant

3 points qui font que j’y retournerai, sans doute après une belle balade dans le Lavaux en été.


Informations pratiques

Adresse : Hôtellerie de Châtonneyre, Rue du Village 8, 1802 Corseaux

Téléphone : 021 925 25 50

Horaire : fermé le dimanche, le lundi et le mardi

Site internet : http://www.chatonneyre.ch/

 

Bye bye le shampoing industriel

 

Bonjour mes petits basilics,

Vous commencez à me connaître gentiment et ne serait donc pas surpris de me voir renoncer au shampoing industriel après avoir banni une bonne fois pour toute la crème industrielle de ma trousse de beauté. Il s’agit d’une étape supplémentaire pour atteindre mon objectif de vivre plus sainement et simplement.

Et quelle étape !

Je pensais qu’il était I-M-P-O-S-S-I-B-L-E pour moi de renoncer à mon après-shampoing adoré en raison de mes cheveux bouclés et les noeuds qui en découlent. Autant dire que j’étais un peu septique au départ mais suffisamment curieuse (heureusement) pour tenter de trouver une alternative à la composition (Sodium Laureth Sulfate, Sodium Dodecyl Sulfate, Amonium Lauryl Sulfate, formaldéhyde, phénoxyéthanol, parabène, sodium benzoate, potassium sorbate,…) et aux contenants en plastiques des shampoings industriels.


Expérience 

J’ai tout d’abord commencé par la fameuse recette du bicarbonate + vinaigre. Le résultat était concluant, mais je dois avouer que j’avais la flemme de devoir à chaque fois préparer ces deux mélanges (oui, je sais ça ne prend que 2 minutes, j’exagère). En plus, j’avais le sentiment que mes cheveux n’était pas bien lavés avec ce liquide (ce qui n’est pas vrai !) le manque de mousse me perturbait un peu, même si je sais pertinemment que la mousse n’est pas nécessaire pour bien nettoyer les cheveux (un peu bizarre, oui ! ).

J’ai alors cherché une autre solution et fini par tester le shampoing solide + rinçage au vinaigre. 

Le shampoing solide se présente est sous forme de savon. Il est composé d’huiles végétales.

Le vinaigre sert d’après-shampoing. L’usage du vinaigre aide à équilibrer le pH des cheveux, à les démêler, les rendre plus doux et brillants. En outre, il stimule la pousse de cheveux et permet de lutter contre les infections des follicules, responsables des pellicules. Il est indispensable, à mon sens, de l’utiliser après chaque shampoing. J’utilise du vinaigre de pomme que je mélange avec de l’eau. Voici la formule magique : 250 ml d’eau + 30 ml de vinaigre, soit 2 cuillères à soupe.

C’est déroutant au départ d’utiliser un shampoing solide, mais finalement on s’y habitue très vite. Je ne regrette pas mon choix. Il faut être patient car les cheveux ont besoin d’un temps d’adaptation, mais les résultats sont là ! Mes boucles sont redéfinies et j’ai plus de volume ! Je tente aussi de les laver de moins en moins souvent.

Bonus : je vous prépare pour tout bientôt une recette de masque à utiliser en complément, qui rend les cheveux encore plus heureux 🙂


Mon chouchou du moment 

 Le Shampooing Bière Shikakai pour cheveux normaux à secs, d’environ 50 gr., avec des huiles essentielles bio, sans huile de palme. Il a une odeur d’orange et de cèdre.

Il est fabriqué artisanalement dans le canton de Fribourg, en Suisse, par la savonnerie du verger.

Saponifié à froid, les qualités des huiles sont très bien préservées. Il se compose de bière Fribourgoise (Fri-mousse), d’huile de ricin, de coco et de poudre de Shikakai (racine de plante utilisée en Inde) et il est moussant (youpiii). Un produit local et artisanal, qui fait du bien aux cheveux et à l’environnement.

J’ai acheté le mien Chez mamie, magasin bio, vrac : avenue de Tivoli 56, 1007 Lausanne

Vous pouvez également le trouver sur le site de la savonnerie : savonnerieduverger.com (livraison en Suisse et en Europe).

D’autres boutiques proposent des shampoing solides dont : Cocooning : rue Grand St-Jean 16, 1003 Lausanne.

Ps: Certains shampoings solides peuvent contenir des tensioactifs très irritants (SLS, ALS), veillez à vous renseigner et choisir les moins irritants !

Photo basilicvert

 

Saviez-vous que le mot shampoing vient de l’Hindi : « Champo » qui signifie « masser » et désigne des fleurs très odorantes que les femmes Hindoues utilisent traditionnellement pour parfumer leur chevelure. 

Flânerie au musée de l’Elysée : la beauté des lignes

Laurent Elie Badessi_Man’s Back, Horse’s Back, Camargue, France, 1994 © Laurent Elie Badessi

Le musée de l’Elysée présente jusqu’au 6 mai 2018, une sélection de tirages originaux des plus grands photographes des XXème et XXIème siècles, issue de la collection privée de Sondra Gilman et Celso Gonzalez-Falla.

Le couple Gilman et Gonzalez-Falla fait parti des plus importants collectionneurs de photographies du monde. Ils achètent avant tout par goût personnel et coup de coeur. Ils entretiennent une relation particulière avec leur collection, de plus de 1500 pièces, affiché dans leur maison personnel.

 

Chez-Sondra-Gilman-et-Celso-Gonzalez-©-Ayline-Olukman

Présentée pour la première fois en dehors des Etats-Unis, elle est notamment composée des photographies de Berenice Abbott, Robert Adams, Walker Evans, Rineke Dijkstra, Man Ray, Lee Friedlander, Henri-Cartier-Bressons, Nan Goldin, Hiroshi Sugimoto et Robert Mapplethorpe.

Le fil rouge entre ces oeuvres est la puissance et la beauté de la ligne en photographie. Le parcours de l’exposition n’a pas de chronologie historique ou géographique, il est purement esthétique. L’exposition est divisée en trois parties distinctes : lignes droites, lignes courbes et abstractions.

Une petite flânerie entre les murs du musée de l’Elysée vaut à coup sur le coup !


Informations pratiques : 

Musée de l’Elysée, avenue de l’Elysée 18, 1006 Lausanne, jusqu’au 6 mai 2018.

Téléphone : 021 316 99 11, site internet: www.elysee.ch

Ouvert du mardi au dimanche de 11h à 18h.

 

Le thé blanc : la perle rare des thés

Le thé blanc est originaire de Chine. Autrefois, on disait de lui qu’il rendait immortel. Vous l’avez compris c’est un thé rare et précieux. D’ailleurs, il était au Xème siècle réservé à l’empereur, cueilli par des jeunes filles vierges portant des gants blancs et coupé à l’aide de ciseaux en or.

Aujourd’hui, il est nous est heureusement accessible, mais son prix reste quand même un peu élevé et il n’est pas toujours aisé de le trouver en vrac (sans mélange avec d’autres sortes de thés). Pour les lausannois, vous en trouverez chez Globus.


Spécificités 

Le thé blanc se distingue du thé noir et vert par sa fabrication.

En effet, le thé noir, vert et blanc sont issus de la même plante. Les différences de fabrication modifient les structures moléculaires des feuilles et leurs vertus.

Le thé noir : les feuilles de thé se flétrissent avant d’être cueillies, séchées et roulées. Puis elles sont cuites (fermentation dans une pièce humide et chaude). Le thé est oxydé, d’où sa couleur brune.

Le thé vert : ne subit pas le même traitement. On récolte les jeunes feuilles vertes. Pour stopper l’oxydation, on passe ces dernières dans un bain de vapeur ou on les chauffent à environ 50°C. Elles sont ensuite séchées et roulées.

Le thé blanc : est composé uniquement de bourgeons pour le Yin Zhen et de bourgeons ainsi que des deux premières feuilles pour le Pai Mu Tan (pivoine blanche). Il ne subit aucune fermentation. Les feuilles sont simplement séchées à l’air libre.

Le thé blanc est le plus bénéfique pour la santé, car il subit peu de manipulations, ce qui permet aux feuilles de conserver davantage de leurs bienfaits.

Le thé blanc a un parfum très délicat et doux. Il est très léger en caféine, il peut donc se boire l’après-midi ou en fin de journée.


Préparation :

Comme il est très délicat, il est fortement recommandé que l’eau utilisé ne dépasse pas une température de 80°C.

Le temps d’infusion varie d’un thé à l’autre, mais il s’infuse en général entre 5 et 15 minutes. Vous pouvez réutiliser les feuilles plusieurs fois en prolongeant à chaque fois un peu plus la durée d’infusion.

Les vertus : 

Le thé blanc est très riche en antioxydants, en polyphénols. En outre, il contient, entre autre, des vitamines (C et E), du fer, du calcium, du fluorure, du potassium, du sodium et du zinc (rien que ça) ! En voici une petite liste :

  1. un puissant antioxydant
  2. améliore la santé cardiaque
  3. améliore la santé bucco-dentaire
  4. renforce le système immunitaire
  5. réduit le cholestérol
  6. rend la peau plus belle
  7. favorise la perte de poids
  8. favorise la concentration

 

Alors, convaincus par le thé blanc ?